"Le risque d'ubérisation du marketing est réel"