Tendance au beau fixe pour le marketeur (en B2B). C’est du moins ce qu’il ressort de la deuxième édition du baromètre sur le moral des responsables marketing opéré par Le Club des Directeurs marketing et communication de l’IT et Humeurs-Marketing.fr. Une tendance nettement haussière donc pour les marketeurs donc qui pour 75% d’entre eux sont contents de leur vie au travail et de leur environnement et pour 70% d’entre eux enthousiastes quant aux produits et services dont ils assurent la promotion ainsi qu’aux marchés sur lesquels ils interviennent (53%).

Des chiffres enviables au regard d’autres professions au moral plus morose. Point intéressant de ce baromètre, les responsables marketing sont particulièrement sensibles aux valeurs de l’entreprise et à l’environnement managérial et collaboratif (qui ne l’est pas ?). Mais, comme le relève le commentaire de l’étude, « le moral des femmes est plus sensible au style de management de leur chef » et de manière générale  plus susceptible de faire la part de choses entre vie pro et perso. Une incise pour mettre en exergue un hiatus important au sein du panel entre hommes et femmes dans le ressenti est différent comme le relève François Gravet, consultant en stratégie marketing pour qui, « ‘(si) Les marketeurs recherchent des entreprises dynamiques qui sont transparentes et où il fait bon vivre, il semble que cet environnement ait produit des conditions de travail plus favorables à l’épanouissement des marketeurs au détriment de leurs collègues de la gente féminine. Peut-être celles-ci goûtent moins aux joies des soirées « pizzas baby-foot innovation » et hackathons divers et variés, se rappelant que la vie continue également en-dehors de l’entreprise … ». 

Marketing : une mutation métier motivante

Pour Jean-Denis Garo, Director of Marketing Southern Europe & Africa, Mitel  et vice-président du CMIT, cette humeur positive des marketeurs est liée à la révolution du métier réalisée sous la pression de la fameuse transformation numérique et son cortège d’innovations apportées à la pratique marketing, «  Le métier « marketing » fait sa révolution, il devient plus scientifique, plus programmatique qu’avant, plus riche, un atout pour la transformation des entreprises, un  métier au cœur de la stratégie des marques. C’est pourquoi garder le moral est important. Rien de tel qu’une relation de confiance pour inciter vos salariés à s’engager et accroître votre compétitivité. Pour susciter l’engagement de leurs employés, les dirigeants ont plus que jamais tout intérêt à faire régner un climat de sérénité, d’éthique et de bien-être ». 



moralCMIT

 

@fabricefrossard