L’étude IPG Mediabrands 2015 est tombée. Les enseignements sont riches :

  • Recul de 0,9% des recettes pour les médias avec 10,4 Milliards d’euros de recettes
  • Baisse des recettes pour les médias traditionnels de 2,9% à 7,2 mds
  • Hausse des médias numériques de 4% à 3,1 Mds et 30% de part de marché.
  • La vidéo tire les médias numérique avec une croissance de 41% lié au programmatique au détriment des bannières
  • Croissance des réseaux sociaux de 36% et ralentissement des moteurs de recherche avec +5%

 

marché publicitaire 2015 France en baisse

Perspective 2016

En France, la déroute devrait se poursuivre en 2016 pour les médias traditionnels (-10% pour la presse quotidienne, -9% pur les magazines, 63% pour la radio),tandis que la TV restera stable à 0,8%, mais avec une consommation de la télé linéaire en baisse de 4% sur les cibles commerciales au profit du on-demand.
Pour le directeur de la prévision d’IPG, Vincent Letang, « cette baisse de la consommation de la tv linéaire engendrera une hausse du CPM dans les années à venir, mais qui ne compensera pas la baisse des volumes d’impressions »
En substance, le marché publicitaire français sera flat au global.

Dans le monde, les dépenses 2016 devraient être en hausse de 4,6% grâce à des événements non récurrents (présidentielles US, UEFA Euro 2016, JO au Brésil)

Note d’étonnement

Alors que le numérique explose et que les médias traditionnels reculent, il est légitime de s’étonner du faible report de la pub vers le numérique qui atteindra 30% et, toujours, du faible prix de la publicité numérique au regard de ses concurrents offline. A noter toutefois, l’inflation des parts de marché des réseaux sociaux avec une forte appétence des annonceurs pour les publicités ciblées sur Facebook, Linkedin et Twitter.

 

@fabricefrossard

 

Pour aller plus loin http://mediabrands.fr/