Google ecommerce

Le plus difficile quand on est en position hégémonique, c’est de la garder. D’autant plus quand la concurrence est polymorphe. La nécessité de consolider ou préserver ses parts de marché explique en partie les nombreuses annonces de Google, et particulièrement celles ayant trait au-e-commerce. Le 15 juillet, Google a annoncé la possibilité d’acheter directement depuis le résultat d’une recherche mobile. Cette possibilité, offerte progressivement par Twitter, Pinterest et Facebook, est pour Google quasiment une nécessité si le géant veut maintenir ses parts de marché publicitaires.  Pour l’instant, cette annonce ne porte que sur un partenariat avec une douzaine de partenaires, mais devrait s’étendre plus largement d’ici à la fin 2016. Pour mémoire, aux US, le marché publicitaire est estimé à 350 Milliards de $ et celui du e-commerce à 60 Mds en 2015.

Cette annonce correspond aussi à une tendance en hausse des achats depuis un mobile : 28% des achats commencent depuis un mobile selon Google.

Et cette tendance n’a échappé à personne et Google contre-attaque face à deux menaces importantes : l’une sur les moteurs et l’autre de la part de Facebook, plus agile du mobile.

Sur les moteurs, comme le relève Business Insider, la concurrence de BING (le moteur de Microsoft) grignote  peu à peu les parts de marché de Google aux US :
– Le nombre d’impressions de Bing a augmenté de 98% sur les tablettes et de 30% sur les smartphones en un an. A contrario, Google a perdu 26% de PDM sur les tablettes et la croissance des vues sur mobile est seulement de 1%
– Les recherches sur smartphone depuis Bing ont augmenté de 78% avec un CPC (coût par clic) en hausse de 73%. Pour Google, ces hausses s’affichent respectivement à 69% et le CPC à 18%.

 

google bing

Toutefois, au second trimestre, Google garde 75,5% de part de marché de la publicité payée contre 24,5% pour Bing. Une stabilisation expliquée par les nombreuses améliorations apportées par Google sur son interface mobile. Enfin, une amélioration toute relative si l’on en croit l’étude publiée par Adobe…

L’algorithme mobile plante Google et profite à Facebook

Autre problème plus général pour Google, comme le relève une étude d’Adobe sur le « mobilegeddon », l’irruption de l’algorithme « mobile friendly » en avril dernier à fait perdre 10% de trafic organique aux marques qui n’étaient pas conformes aux doléances de cet algorithme. Conséquence, le CPC était en hausse de 16% tandis que le CTR (taux de conversion des clics)  chutait de 9%.

Pire, là où Google accuse une chute de 3%, Facebook voit lui une hausse de 11% et 100% de hausse sur le CTR grâce au placement des publicités dans le newsfeed des internautes. Le CTR global de Facebook a cru de 99%, pour seulement 24% pour Google.

google-smartphone-ctr-cpc-adobe-q2-2015

Pour les annonceurs, le message est clair, si votre stratégie publicitaire et marketing n’est pas adaptée au mobile, vous avez un sérieux problème.
Au-delà de la concurrence entre plateformes et moteurs, Google avec cette nouvelle fonctionnalité attaque surtout son principal concurrent Amazon et anticipe sur la volonté de Facebook de s’accaparer des parts de marché sur le e-commerce avec la possibilité offertes aux marques de transformer leurs pages en site de e-commerce.
La guerre du e-commerce ne fait que commencer . Celle de la publicité continue.

@fabricefrossard

Sources :
Business Insider
Buzzfeed

L’étude d’IgnitionOne

L’étude d’Adobe