Google DevelopersQuand il s’agit de concevoir un site de nombreux paramètres entrent en compte : que ce soit les contenus existants ou a produire, la structure du site, qui fait quoi etc. Pour gérer un projet d’envergure, à chaque étape chacun pourra puiser dans une panoplie d’outils. Mais pour consolider le tout,de l’arborescence aux différents statuts du projet et l’inventaire des contenus, le tableur reste l’outil ultime et le plus partageable. Peu d’outils sont aussi clairs pour fournir une vision panoptique d’un projet. Certains préfèrent créer un wiki pour documenter le tout, mais ce n’est pas incompatible.

En guise d’exemple, voici le guide utilisé par  Google pour concevoir le site « les fondamentaux du web ». Un site incontournable pour apprendre ou se perfectionner sur les techniques de conception de sites web,statique ou mobile. En termes de gestion de contenu, comme souvent avec Google, nous sommes dans le grandiose et ce site possède une  profondeur moyenne, 148 pages, pour couvrir les différents sujets.

Comme souvent avec Google, la structure est relativement simple et claire et le projet repose sur cinq onglets :

– La matrice de contenu
– L’arborescence
– La liste des templates
– La liste des modules
– La liste des éléments récurrents

La matrice de contenu

Matrice de contenus

Première page, cette matrice comporte tous les éléments qui seront déclinés dans les onglets suivants. De manière assez claire, on voit que le site se décompose en 4 grandes thématiques accessibles depuis la home. Chacune de ces thématiques comportera des sections (L3) listées (L4) et qui seront détaillés dans la colonne suivante (L5) puis décrit ou qualifié en (H). Enfin, le lien de la page sera mis en regard de chaque itération a des fins d’inventaire. Vous noterez dans les deux premières colonnes ‘A) et (B) les références aux templates et le code de référence de la page.

La carte du site

Google

Avec 4 thématiques, la carte du site présente sur l’onglet suivant est d’une clarté absolue. On retrouve bien dans chaque bloc l’identité de la page de l’onglet « matrice de contenu » ainsi que la référence du template associé.

Des templates

template  google

 

Sur cette page, on retrouve bien les classiques de la gestion de projet avec l’état de chaque étape signalé par des éléments de couleur. Vous remarquerez que le template du moteur de recherche est en priorité basse. Logique pour Google

La liste des modules

modules

 

Chaque module constitutif des pages est documenté, typé et nomenclaturé. Et toujours les inévitables commentaires et statuts.

Éléments récurrents

éléments

Enfin les éléments récurrents des pages, les titres, call-to-action, liste et autres sont listés et l’état du design de chacun des éléments noté.

Vous noterez aussi à chaque étape, la procédure de validation nécessaire avant le « go » final.

Ce type de modèle est régulièrement utilisé pour la gestion de projet, mais il est parfois pratique de s’inspirer des autres tant la structure des classeurs peut varier selon les individus et les méthodes employées. Pour les novices, celui-ci a le mérite d’une clarté absolue et est emblématique d’un projet aux nombreux intervenants lancé « from scratch ».  D’expérience, je peux vous assurer, et je ne serai sans doute pas le seul,  que cette clarté ici affichée n’est pas toujours le cas 🙂

Le lien ver le classeur : les fondamentaux du web : structure et inventaire