marketing Linkedin

Comment devenir un pro des médias sociaux et du social marketing ? Question récurrente, mais qui est arrivée dans mon mail posée sur un des multiples groupes Linkedin sur lequel je suis inscrit. Difficile de répondre rapidement à la question et je n’aurai pas la prétention de le faire, mais je vais tenter une synthèse des réponses apportées par les membres du groupe Digital marketing.
Vous vous en doutez un item revient en permanence dans les réponses et qui est sans conteste le fondamental du marketing, sur les réseaux sociaux ou autre :

IDENTIFIEZ ET LOCALISEZ VOTRE AUDIENCE, IDENTIFIEZ SES ATTENTES

Cette réponse unanime est la première difficulté de tout marketeur, a fortiori sur les réseaux sociaux où les populations sont clairement typées selon le type de plateforme, mais avec une porosité difficile à évaluer. Typiquement, si quasiment tout le monde est sur Facebook est-ce la plateforme à privilégier pour votre communication ou faut-il aller sur un autre réseau plus approprié à votre mode communication et vos objectifs ? Ou faut-il, paresseusement, comme beaucoup d’entreprises être sur Facebook systématiquement et chercher un autre réseau pour toucher vos cibles de manière plus précise ? Chacun se fera son opinion après une étude démographique sur chacun des réseaux cibles.

logos social media

 

 

Après ce conseil de base voici un florilège des pistes évoquées par les répondants :

Définissez des objectifs clairs. Faites en sorte qu’ils soient SMART (spécifique, mesurable, ambitieux, réaliste, temporel) en définissant les bons KPIs.

Les fameux KPIs. Longtemps cantonnés au taux d’engagement, rt et autres mentions, 2015 sera l’année où il faudra y ajouter le taux de fidélisation et de conversion après le passage dans le funnel patiemment élaboré. Bonne chance.

Des outils, des outils, des outils…Choisissez un/des logiciels qui correspondent à vos besoins

Un truisme, mais chacun a pu mesurer la difficulté de trouver le bon outil pour réaliser le fameux « social media journey ».

Entre l’outil qui vous coûte 3 bras impossible à maîtriser sans une formation doctorale et l’outil gratuit limité, trouver arme à son poing est le premier challenge. D’autant plus devant la profusion de plateformes. Personnellement je conseille en première approche Hootsuite dont la puissance et la polyvalence répondent à de nombreux besoins. Mais Radians 6, Hubspot ou autre sont très bien aussi (mais plus cher).

Connaissez bien votre cible et focalisez-vous sur son centre d’intérêt.

Inutile de commenter plus avant. C’est le prélude à toute action marketing.

Elaborez un calendrier éditorial

La multiplication des canaux et messages associés nécessite une organisation sans faille fondée sur l’anticipation. Un calendrier éditorial ( de nombreux templates existent) permet aussi d’harmoniser vos publications et de leur donner une nécessaire cohérence. En dernier ressort, en établissant des process clairs de publication et de validation, vous pourrez aussi être plus à même de rebondir sur des événements exogènes.

Posez-vous la question de la valeur ajoutée de votre publication.

Vaste question. Les réactions de vos publics vous donneront vite un indicateur sur le sujet.

Lisez, expérimentez, recommencez, testez, mesurez, ajustez

Agir sur le web est un process dynamique et itératif. La première chance est que l’on peut presque tout mesurer et rectifier en conséquence. La seconde est que tout le savoir est à portée de clic.

Le temps d'internet

Donnez du temps au temps : une période d’incubation est nécessaire avant d’obtenir les premiers résultats.

Ce dernier conseil est souvent le plus difficile à entendre (du moins du côté des clients). Sous prétexte que tout va très vite sur Internet, nombreuses sont les personnes à considérer que le seul fait d’être présent et de communique sur les réseaux sociaux/blogs/sites/IM leur fera gagner instantanément une base de clients fidèles pendus à leurs publications. Leur expliquer qu’il faut cultiver son jardin sur le web sur un temps long relève de la gageure.

Autant de conseils simples, mais qui demandent pour chacun une réelle expertise et d’autant alors que de chaque côté, public ou marketeur, la maturité est désormais un fait sur les réseaux sociaux. Une maturité en trompe l’œil, les grandes entreprises sont matures sur le sujet, quelques start-up aussi. Il reste toutefois une large frange des entreprises encore en retrait sur le sujet.
Ce qui laisse encore de la place pour l’apprentissage 

D’autres conseils à rajouter ?