bachelor

De la veillée devant la TV dans les années 50 à la veillée sur la Timeline Twitter il n’y a pas tant d’écart.

Si Twitter est le nouvel âtre d’une cheminée brûlant d’un contenu sans cesse renouvelée, le Hashtag est son bois de chauffe. La « social -TV » . Les chaînes de télé et Twitter l’ont bien compris en voulant amplifier la discussion sur la plateforme sociale auprès du  million de français qui twitte régulièrement depuis un des 6,5 écrans (en moyenne) que possède le foyer. Déjà intégré dans les émissions pour relancer la discussion, l’éditorialisation des #hastags au fil de l’émission devient une évidence, tout comme l’interactivité avec le public en le faisant contribuer à l’exemple  récent de la Nouvelle Star  sur D8 qui invitait les twittos à voter bleu ou rouge.

Cette alliance de la TV et du Hashtag offre aussi l’opportunité de suivre en temps réel le comportement des spectateurs. Ce qu’a réalisé l’agence Brain Juicer pour Twitter et Thinkbox. Avec des conclusions assez évidentes, mais observées et mesurées.
Les deux postures du Twittos
Cette étude menée en Angleterre, au sein des foyers et à l’aide de données issues de Twitter, révèle en effet deux états  du twittos spectateur : détendu et  plus concentré (ou engagé).
Lorsque les spectateurs sont détendus, le point focal se déplace entre la timeline sur Twitter et la télévision en fonction de ce qui se passe sur l’écran. Quand l’action se passe sur l’écran, ils délaissent Twitter. En revanche, dès la fin du film ou de la série, chacun se rue sur Twitter pour commenter la fin, partager leurs réactions et lire ceux des autres.
A contrario, une émission de télé-réalité type The Voice et autre Bachelor, l’engagement du Twittos est à son comble et passe plus de temps à évaluer la conversation, à intervenir dans la conversation sur la TL qu’à regarder l’émission.
Cette mesure n’est pas innocente. Comme le commente Macmillan de Brain Juicer, « En étant apte à comprendre ces deux états d’esprit alternatifs, les marques peuvent exploiter à plein le bon timing accroissent de 95% l’efficacité de leur message et de 58% l’intention d’achat. Le coût d’acquisition est 36% plus faible s’il y une association de pub télé et de pub sur Twitter. » Mieux, pour les 3/4 des personnes interrogées, la vision d’un hashtag sur l’écran TV les renverra immédiatement sur Twitter.
Une étude qui milite à la fois pour la pérennité du hastag, mais aussi sur la pertinence pour les chaînes d’éditorialiser et de contextualiser ce fameux hastag au fil de l’émission sur le réseau de microblogging.
Reste toutefois, que cette politique profite à Twitter avant tout qui en rachetant récemment Mesagraph et SecondSync entend bien étendre sa capacité de synergie avec le premier écran pour monétiser son audience. Nous n’en sommes qu’au début et le T.H.T (Twitter Hashtag TV) n’a pas fini de s’incruster sur nos écrans. D’ailleurs, il est possible d’imaginer qu’ après le GRP (gross rating point) créer l’indice  THT corrélés sur l’audience d’une émission et rapporté au nombre de twittos pourrait être un nouvel étalon de l’investissement publicitaire. A creuser.