Comme de nombreux secteur la communication n’échappe pas à une nécessaire mue sous la pression d’Internet. Pour réfléchir, faire le point et échanger sur les évolutions des métiers, 8 professionnels de la communication ont décidé de lancer un lieu d’échanges et de partage sous forme de revue trimestrielle : TANK

Thierry Wellhoff, un des huit fondateurs de Tank et Président de l’agence Wellcom détaille l’ambition du projet et les raisons de son investissement dans cette nouvelle revue.

« Tank est un projet qui a tout de suite suscité mon adhésion avant tout par son positionnement. En tant que lieu d’échange, il n’y a pas d’ostracisme, de surreprésentation d’un métier ou d’un acteur du métier ou d’une discipline. Ces dernières sont toutes représentées sans prépondérance liée aux budgets qu’elles recouvrent. Au travers de Tank, la communication est vue avant tout au travers de ses fonctions.»

Pourquoi Tank ?

Tank c’est un positionnement. L’ambition du projet est de mettre en avant la communication comme un acteur du changement et non un simple accompagnateur. Les métiers de la communication ont une position unique dans la société et dans l’économie, au carrefour de nombreux métiers. Ils sont un croisement entre les industriels, les médias, les artistes et les créateurs. Peu de métiers sont au carrefour de tout ça.

La communication comme acteur du changement ?

Oui, parce que nous sommes un des rares métiers dans l’économie qui navigue entre l’abstrait et le concret. Qui navigue en permanence en aller retour entre l’idée et l’opérationnel. A ce titre, les acteurs de la communication peuvent se positionner en acteur du changement.

Tank, un réservoir ?

On fait un métier qui ne peut pas se faire sans intelligence, sans réflexion, sans création. Quand on murmure tout le monde s’en moque. Tank est aussi vindicatif, il revendique qu’être acteur c’est plus que d’être intelligent. Tank est un réservoir, l’encrier est toujours plein.

Pourquoi maintenant ?

Avec Internet, dans ses multiples dimensions, nous nous retrouvons dans un village. Comme dans tout village, on se retrouve au café du coin pour raconter une histoire. Mais il est difficile de raconter toujours la même histoire et il faut alors, pour alimenter la relation, en imaginer de nouvelles nourries de contenus. En cela Internet nous permet de revenir aux fondamentaux de notre métier. Tank revient à l’étymologie de la communication, le partage et la mise en commun. La définition même de la relation.

Propos receuillis par Fabrice Frossard

TANK est disponible chaque trimestre en kiosques et en librairies au prix de 14 €, ou avec un abonnement annuel au tarif de 40 € les 4 numéros.

La revue s’organise en 3 temps forts :
o Flash TANK : ouverture de la revue par des critiques de livres, le décryptage d’un événement, le zoom sur une tendance, une carte blanche partenaire…
o Think TANK : des idées en débat au cœur de TANK avec un thème concept principal, conduit par de grands entretiens, des confrontations d’idées, des portraits, des études, des portfolios… et deux focus sur des sujets émergents.
o TANK & co : des éclairages, des tribunes et autres regards croisés du métier sur des thématiques d’actualités.
Avec Thierry Wellhoff, plusieurs personnalités de la communication ont porté Tank sur les fonds baptismaux : Olivier Breton, Président All Contents et Directeur de la publication du Magazine ParisBerlin, Olivier Covo, Co-fondateur Brandy Sound, Sébastien Danet, CEO Vivaki, Bruno Fuchs, CEO Image & Stratégie, Laurence Houdeville, Co-fondatrice ReputationVIP.com, Philippe Lentschener, CEO Mc Cann France et Bruno Paillet, Drecteur du think-tank La Tortue bleue

Le site de TAnk

disclaimer : je travaille pour de Wellcom, l’agence fondée par Thierry Wellhoff